• Accueil
  • > PEEP
  • > AUDIENCE PEEP au Rectorat de l’Académie de Versailles

AUDIENCE PEEP au Rectorat de l’Académie de Versailles

Posté par lapeeplaverriere le 8 septembre 2009

Compte rendu de l’audience PEEP au Rectorat de l’académie de Versailles

Le 30 juin 2009, une délégation PEEP composée d’Annick DUMOND, présidente de l’union académique, Valérie MARTY (92), Philippe ALLAIN (91) et Bruno JOUVENCE (PEEP Sup) a rencontré le Recteur Alain BOISSINOT. Ce dernier était accompagné de Madame LUIGI, secrétaire générale du rectorat, Madame BESSY, chef de cabinet et de Monsieur VERGNAUD, proviseur vie scolaire.

Vous trouverez ci-dessous l’essentiel des principaux points abordés au cours de cette audience.

Moyens de fonctionnement de l’Académie Suppressions de postes : les media se faisant l’écho de la suppression de 16000 postes dans le cadre du budget 2010, le Recteur précise que cette « économie » se fera dans le cadre du nouveau dispositif de formation des maîtres. En effet, la restructuration de ces formations initiales entraîne de facto la suppression des supports spécifiques pour les stagiaires IUFM 2ème année. Le nouveau dispositif s’appuiera sur des stages et un accompagnement spécifique en première année d’exercice, via des décharges de service.

Le Recteur réaffirme donc que cette réforme sera neutre pour les élèves, les éventuelles conséquences dans les établissements de la suppression d’un ou plusieurs « blocs IUFM » étant palliées via l’affectation d’enseignants ou la dotation d’HSA (heure supp. année) en complément.

Le Recteur a également évoqué la baisse d’élèves dans l’Académie qui doit se poursuivre en 2010 mais dès 2011 les effectifs du secondaire repartiront à la hausse.

Le Recteur a enfin rappelé les engagements ministériels de ne pas diminuer les moyens des lycées dans le cadre de la réforme de ces établissements.

Auxiliaires de vie scolaire (AVS) : l’éducation nationale a procédé au recrutement de 40000 emplois aidés en 2006, pour une durée déterminée de trois ans. Ces contrats arrivent donc à leur terme et les personnes sur ces postes ne verront pas leur contrat prolongé. Par contre, les crédits dédiés à ces emplois sont reconduits et de nouveaux recrutements auront lieu.

La Peep fait remarquer que ce système qui consiste à former des personnes pour les remplacer lorsqu’elles deviennent opérationnelles ne semble pas logique et que cet effet de calendrier crée un préjudice pour les enfants.

Si le Recteur partage notre avis, il rappelle cependant que toute évolution du système passe par une modification de la politique nationale d’accompagnement des personnes handicapées.

La Peep a également souligné un possible décalage entre les moyens alloués par les MDPH ( maisons départementales des personnes handicapés) et ceux dont dispose le rectorat. M. BOISSINOT répond que ses services arrivent encore à répondre peu ou prou à la demande, mais il souligne également que l’équilibre budgétaire est dans ce domaine fragile, nonobstant les difficultés rencontrées parfois dans le recrutement des AVS.

Ce dossier reste prioritaire et le rectorat veille à apporter une réponse chaque fois que nécessaire.

Toujours dans ce domaine, la Peep a évoqué le fonctionnement de la MDPH 91 (délais de traitement, nombreux rejets de dossiers) et le suivi de la politique d’accueil des handicapés après le collège (création d’UPI en lycée). (Unités Pédagogiques d’Intégration)

Le Recteur souligne la politique volontariste de l’Académie dans ce domaine, avec la création d’UPI y compris dans les lycées technologiques, en s’appuyant notamment sur des conventions avec des entreprises (ex : Peugeot SA).

Nous avons enfin évoqué la formation spécifique des enseignants à l’accompagnement des jeunes handicapés.

Celle ci se fait au travers de la formation initiale en IUFM (Instituts Universitaires de Formation des Maîtres) mais également via la formation continue, qui permet aux enseignants d’acquérir une qualification spécifique, le 2CA-SH (certificat complémentaire pour les enseignements adaptés et la scolarisation des élèves en situation de handicap), même si insuffisamment développé.

RASED : Les Réseaux d’Aides Spécialisées aux Elèves en Difficulté (RASED)

Aucune mesure nouvelle n’est prévue dans le cadre du budget 2010 pour les RASED.

Constitution des équipes de direction : nous sommes souvent sollicités par les uns ou les autres pour avoir un poste de plus dans une équipe de direction d’un collège ou d’un lycée, il nous semblait donc intéressant de connaître les critères qui permettent d’évaluer les besoins des établissements dans ce domaine, afin d’être plus à même de répondre à vos questions. Les critères de calcul sont très précis, ils s’appuient sur :

· Les effectifs sur trois ans (de N-1 aux prévisions N+1) ;

· Les catégories socioprofessionnelles des familles ;

· L’existence de plusieurs sites (annexes) ;

· La présence de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) ;

· En lycée ayant des sections professionnelles ou technologiques, la présence d’un chef de travaux (qui joue éventuellement le rôle d’un adjoint sur la partie professionnelle).

Diverses pondérations sont affectées à ces critères afin de déterminer les besoins en personnels de direction.

Globalement, le passage à plus de 500 élèves dans un collège génère l’affectation d’un principal adjoint.

Moyens de remplacement : en 2009, le nombre de postes de TZR (titulaire de zone de remplacement, à savoir les professeurs titulaires qui assurent les remplacements d’une durée supérieure à 15 jours ou plus ponctuellement sur leur établissement d’affectation) diminuera, mais sera compensé par une meilleure capacité de mobilisation des moyens, via une nouvelle répartition géographique.

Le Rectorat va également constituer un vivier de personnes ressources, dans les universités, pour répondre aux besoins ponctuels dans certaines matières, sensibles à certaines périodes (l’anglais par exemple).

Absentéisme des élèves

Nous avons évoqué la situation de l’absentéisme qui semble plus prégnante dans les lycées, afin de connaître la politique du rectorat en la matière et notamment le traitement des signalements.

Selon le Recteur, l’absentéisme dépend fortement de la vitesse de réaction de l’établissement devant le problème. L’Académie est pilote dans ce domaine, ayant développé un logiciel de suivi des absences (MIMOSA = maîtrise informatique des manquements à l’obligation scolaire et à l’assiduité) désormais généralisé au territoire national. Ce dispositif va encore évoluer avec le développement des ENT (Environnement Numérique de Travail), l’objectif étant de prévenir les familles de toute absence en temps réel.

Nous avons évoqué la possibilité pour une fédération comme la notre d’appuyer ces démarches, par exemple en matière de responsabilisation des familles.

Le Recteur souligne l’importance de cette responsabilisation, qui ne doit pas s’apparenter à une stigmatisation ou une culpabilisation.

Il évoque également l’action du rectorat en matière de prévention de l’absentéisme dans l’enseignement professionnel. En effet, les décrochages constatés ne sont pas sans rapport avec une orientation par défaut.

Dès lors, faire évoluer l’offre de formation contribue aussi à prévenir l’absentéisme.

Hétérogénéité de l’évaluation

Comme nous, le Rectorat a constaté des différences de « stratégie » pédagogique entre les établissements, ce qui peut poser problème en termes d’absence d’équité (cf. problématique du redoublement). Mais ces pratiques peuvent parfois constituer une chance car elles montrent qu’il n’y a pas de fatalité, des politiques d’établissements différentes amenant des résultats différents.

Le Recteur est favorable à l’organisation d’un échange avec les représentants des parents dans ce domaine, par exemple dans le cadre des « samedis de l’Académie », réunions régulières des chefs d’établissements.

Commissions

Nous avons remis au Recteur un retour de nos représentants sur les différentes commissions de juin (appel primaire et secondaire, affectation…), pointant un nombre certain de dysfonctionnements. Nous avons également évoqué la question de la prise en compte des notes du bac français dans la gestion de l’affectation post bac ou encore le maintien indu de références aux sanctions scolaires sur les bulletins trimestriels.

Bilan des conférences sur la réforme du lycée

A l’issue des différentes consultations, un bilan a été établi (consultable en ligne sur le site du rectorat) et remis au ministère. Le Recteur pense que ces échanges ont permis de relancer la réflexion dans l’Académie, voire d’initier une dizaine de projets dans les établissements. Ils ont surtout permis d’avoir une vision plus claire des attentes des lycéens.

Interrogé sur le calendrier de la suite des opérations, le Recteur envisage deux options : la première qui passe par la réouverture d’un chantier national, la seconde consistant à déconcentrer le processus de réforme, en s’appuyant sur des établissements pilotes, ce que semble suggérer le rapport DESCOINGS.

Le Recteur évoque l’exemple de la semestrialisation, sur lequel les avis sont partagés, et qui pourrait faire l’objet d’expérimentations.

PEEP – Le Courrier de l’UA  (Union Académique)~Versailles                       SEPTEMBRE 2009

LA PEEP des parents qui vous informent et à votre écoute             LA PEEP

 

Fédération pour l'Aide et l... |
Youki Heureux |
Jeunesse entreprenante |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | magalibouchet
| AS Lycée Robert Garnier
| La Foulée du Pinot